IRD Retour à la page d'accueil Annuaire Archives

 

Internationalisation de l'experimentation humaine, point de vue a partir du Comite d'Ethique du Senegal (2003-2006)

Bernard Taverne

UMR 145 « VIH/sida et maladies associées », IRD, taverne@ird.sn

Depuis le début des années 1990, l'on assiste à une internationalisation de l'expérimentation humaine qui se manifeste par à la réalisation de plus en plus fréquente de recherches cliniques financées par l'industrie pharmaceutique dans les pays pauvres et les pays émergeants (Europe de l'Est, Amérique Latine, Moyen Orient, Asie, Afrique). Cette orientation alimente la crainte d'une « délocalisation » de la recherche vers les pays pauvres, qui conduirait à effectuer des recherches à moindre coût, sans respect des normes de protection des personnes habituellement appliquées dans les pays riches.

La description et l'analyse des projets de recherche soumis à l'avis du Comité d'Ethique du Sénégal (123 projets présentés entre 2003 et 2006) fournissent un point d'observation privilégié pour apprécier l'impact de l'internationalisation de l'expérimentation humaine sur les recherches réalisées dans ce pays.

Le tiers des projets concerne le paludisme, le quart le VIH/sida. Dans le cas des recherches sur le VIH/sida, des différences importantes de fond, de forme ainsi que dans le respect des règles éthiques, apparaissent entre les recherches « nationales » (recherches conçues, rédigées et présentées par des chercheurs du pays) et les recherches « internationales » (recherches élaborées par une équipe de chercheurs dont certains sont étrangers au pays). Les projets de recherches internationaux allient le plus souvent la pertinence scientifique par rapport à l'état de la science mondiale, l'intérêt local en terme de santé publique et la protection des personnes participant à la recherche, ce que l'on ne retrouve qu'exceptionnellement dans les projets nationaux. Cet écart est le reflet de l'état de la recherche médicale dans le pays (faible effectif de chercheur, compétences rares, ressources minimes). La biographie des recherches internationales révèle une répartition particulière des rôles entre les chercheurs étrangers et les chercheurs nationaux, ces derniers n'intervenant pratiquement pas dans la rédaction des protocoles ni dans l'analyse des résultats.

L'analyse des thèmes des recherches conduites au Sénégal montre que le processus d'internationalisation n'est pas une « délocalisation » de la recherche. Bien plus, cette internationalisation apparaît comme un facteur favorisant la qualité des recherches menées, et constitue un élément de protection des personnes participant à la recherche, du fait de l'application attentive des recommandations internationales (la création du Comité d'Ethique en 2001 est une manifestation directe du processus d'internationalisation à l'œuvre). Cela ne signifie pas que toute vigilance soit inutile, mais les autorités sanitaires du pays, à travers la mission d'évaluation des projets confiée au Comité d'Ethique, disposent d'une structure efficace de contrôle.

Dans un pays comme le Sénégal, l'enjeu principal de l'internationalisation de la recherche est lié aux modalités de financement de la recherche qui devrait permettre une réelle programmation scientifique et la formation de chercheurs insérés dans la communauté scientifique mondiale, cette insertion est une assurance de qualité, et de sécurité pour la population.

 

 

Portail de la recherche pour le développement